Fine Art Tv - Photographie film video art
Vous aimez FineArtTv?
Contribuez à son développement :
Inscrivez-vous à la Newsletter

David Sepeau - Chacabuco

Tête à Tête
Devenez Membre Prémium pour voir la vidéo en haute qualité (divx, mov ou wmv)
En partenariat avec
FEP - Federation of European Professional Photographers

Photographe indépendant, David Sepeau est né en 1980 à Bordeaux. Membre de l'UPC (Union des Photographes Créateurs), il est l'auteur de différents reportages de société en France comme à l'étranger. Il a nottamment réalisé plusieurs sujets sur le Chili (mines de cuivre dans le désert d'Atacama, prison de Valparaiso, collège de Calama...), sur les grands brûlés, sur l'inauguration de la ligne aérienne Paris-Kaboul...

© David SepeauSon œil cherche à capter le réel dans sa contradiction mais aussi son émouvante simplicité. Son travail se situe également dans différents domaines des arts photographiques en collaboration avec architectes et graphistes. Il participe ainsi à la création de documents publicitaires, plaquettes et illustrations en développant une esthétique géométrique qui lui est propre.

Il nous présente ici son reportage sur le camp de concentration de Chacabuco au Chili.
« Il existe dans le désert chilien un camp de concentration oublié de tous, sauf peut-être d'Augusto Pinochet et de Roberto Zaldivar. Son nom : Chacabuco. Des barbelés et une pancarte : «danger champ de mines». L'ancienne carrière de salpêtre de Chacabuco dans le désert d'Atacama a gardé l'aspect du camp de concentration qu'il fut sous Pinochet. Un ex détenu, gardien de camp improvisé, témoigne de ce passé oublié. Chacabuco, point invisible sur les cartes fut entre 1973 et 1974 l'un des plus grands camps de prisonniers de la dictature hébergeant jusqu'à 2.500 opposants. Les conditions de vie, de l'avis des déclarants, étaient menaçantes et incertaines. Les mauvais traitements et pressions psychologiques furent constants. La révélation aux yeux du monde de l'existence de ce camp par deux journalistes allemands mis un terme à son activité. Devant les pressions de l'opinion internationale ainsi que la mise en évidence de la violation des droits de l'homme, le camp ferma définitivement en 1975. Depuis, le lieu désertique est habité par des gardiens qui ouvrent les portes aux visiteurs éventuels. Parmi eux, Roberto Zalvidar, ancien détenu qui contre toute logique a décidé de revenir vivre en ce lieu afin de témoigner et faire vivre la mémoire de Chacabuco. »

© David SepeauEmpreintes d'immensité, les photographies de David Sepeau nous retransmettent le choc qui pénètre tout visiteur se présentant aux portes de la « ville » fantôme de Chacabuco. Gigantesque et dédiée à la souffrance, elle n'a gardé de son triste prestige que du ciment, de la tôle et d'interminables poutres métalliques. Ce sont elles qui construisent dans le ciel ou la poussière les lignes directrices d'un paysage dédié au souvenir. Seul témoignage matériel, les contructions érigées pour les besoins humains et reprises pour la protection d'une dictature sont un écho à l'angoisse qui de toute part résonne.

« Comme dans un lieu mortuaire, on y parle à voix basse alors qu'il n'y a strictement personne. Il faut le situe géographiquement, nous sommes au beau milieu du désert d'Atacama (l'un des plus arides au monde). Lorsque les hommes ne vivent plus dans un endroit, il n'y a plus d'eau et donc plus de vie. Tout se fige, se pétrifie. La lumière est l'une des plus belle que j'ai eu a photographier jusqu'à aujourd'hui. le ciel est limpide, sec.»

De cette clarté, David Sepeau a tiré des noirs et blancs contrastés et graphiques nous donnant à voir une paradoxale beauté. Les ombres des bâtiments écrasés de lumière combinés à l'obscurité des matériaux créent en opposition à la lumière aveuglante du désert une géométrie inquiétante, dérangeante. Le photographe a choisi le noir et blanc pour l'expression du passé. Seules deux photographies de la série sont en couleur. Elles sont dédiées à la seule forme humaine occupant les lieux : l'étonnant gardien, Roberto Zalvidar.

Cette série fut présentée en 2007 au festival international du photojournalisme de Perpignan « Visa pour l'image ».

© David Sepeau
Portfolio de David Sepeau

Commentaires  

 
0 # Haunting....
imakevideos 04-07-2008 03:47
Wow. That was an eerie video. The images and music really creeped me out. But I guess that's what you wanted to do. Definitely got my attention.
Was the music 3 songs all at the same time? I heard different things going on in my headphones...I'm gonna have dreams about that I'm sure.
 
 

FineArtCity - Share your Creativity !