Fine Art Tv - Photographie film video art
Vous aimez FineArtTv?
Contribuez à son développement :
Inscrivez-vous à la Newsletter

Guillaume Lemarchal

Découverte
 
Devenez Membre Prémium pour voir la vidéo en haute qualité (divx, mov ou wmv)

Nés d’une nécessité humaine bientôt devenue obsolète, les lieux photographiés par Guillaume Lemarchal sont la résonance du silence après l’agitation. L’activité tue est teintée de mort, elle ne laisse à la nature que le cadavre de ses constructions. Le paysage devient mémoire et le photographe conteur d’histoires révolues.

Barbelés déchirés autrefois dissuasifs, espaces de jeux désertés, architectures à la massivité absurde composent l’univers dans lequel nous transporte Guillaume Lemarchal. Il y a le temps qui visiblement a passé mais il y a aussi et surtout l’absence. L’Histoire est racontée sans ses protagonistes. Le cadre insiste sur ceux qui n’habitent plus. Le malaise née du manque laisse pourtant place à une certaine plenitude issue d’un calme enfin retrouvé.

© Guillaume LemarchalQuand il était peintre, Guillaume Lemarchal se servait de la photographie pour préparer la toile. Il peignait l’humain. Puis la photographie s’est parée d’une existence et l’humain a disparu. L’artiste lentement a laissé l’évidence nourrir ses projets et dévoiler l’œuvre.

Lorsqu’il part dans le nord de l’Europe en quête d’Histoire, Guillaume Lemarchal cherche le béton laissé par la guerre et un temps dépassé. Ce qu’il trouve est proche de la raison de son voyage mais se nourrit d’une poésie inspirée du blanc. L’Allemagne de la Baltique et l’Estonie lui fournissent une base de travail idéale. Le froid, la glace, la lumière du nord et l’absence de couleurs révèlent la beauté que l’artiste soupçonnait. L’eau et la terre pétrifiés donnent une dimension de fixité encore plus nostalgique et effrayante parfois. La nature se mêle au jeu humain et en accentue l’effet.

© Guillaume LemarchalPourtant, il y a dans le travail de Guillaume Lemarchal un respect profond pour le paysage que l’on abîme. Ses photographies sont un appel à l’attention. C’est cette ambiguïté qui lie un sentiment étrange de fascination à la monstruosité des constructions de l’utile. Elles démolissent et gagnent en importance aux yeux et au cœur du spectateur. Isolées, conçues pour être seules, elles nous inspirent une certaine affection. Ce ne sont pourtant que pîles de pont et bâtiments d’occupation ou de défense... Guillaume Lemarchal crée des scènes à jouer pour le théâtre du souvenir. L’imagination est maîtresse de ce qui fut, le photographe n’en fixe que le décor.

Le 30 janvier dernier, la fondation HSBC pour la photographie a choisi son travail pour le prix qu’elle décerne chaque année. Sélectionnées parmi les 650 dossiers en compétition, ses images ont retenues l’attention du comité exécutif. Pour Guillaume Lemarchal, ce prix est une reconnaissance qui rassure...

Anaïs Marquet  

© Guillaume Lemarchal               © Guillaume Lemarchal 
Portfolio de Guillaume Lemarchal

 

FineArtCity - Share your Creativity !