Fine Art Tv - Photographie film video art
Vous aimez FineArtTv?
Contribuez à son développement :
Inscrivez-vous à la Newsletter

David Jiménez

Découverte
 
Devenez Membre Prémium pour voir la vidéo en haute qualité (divx, mov ou wmv)

David Jiménez (Né en 1970 en Espagne).

Après des études à l’Ecole des Beaux Arts de Madrid, David Jiménez poursuit ses recherches artistiques aux côtés de photographes tels que Duane Michals, Antoine d’Agata, Mark Klett, Eikoh Hosoe, Jan Saudek, Bernard Plossu.
Son approche de la matière s’est rapidement définie, ce qui lui permis en 1999, d’obtenir le premier prix Jeune talent du festival Photo España.

David JiménezIl commence par réaliser des séries photographiques en noir et blanc, ciblant des détails d’objets, de bâtiments et de personnages.
Le caractère quasi minimaliste de ses images, est basé sur l’esthétique de Ralph Gibson, usant de cadres serrés pour obtenir des formes inhabituels sur des objets quotidiens mais aussi des corps masculins ou féminins.
Il n’arrête pas pour autant ses recherches visuelles et artistiques. Dans ce sens, il se cherche un style propre, utilisant systématiquement un cadrage vertical et un contraste fort. Le résultat est très inattendu car Jiménez force le spectateur à chercher les détails et leurs provenances : à travers une porte ou une fenêtre, via le regard d’un personnage ou même encore la matière d’un mur.

Les sujets de Jiménez ne sont pas aisément identifiables. Ses photographies produisent évoquent la sensualité, ainsi qu’un véritable sentiment de mouvement et de fluidité.
Par conséquent, ses instantanés créent une forte proximité et une complicité, voire une certaine promiscuité.
Alors que la majorité des photographes professionnels et amateurs ne verraient que des images ratées, les effets de flous et les imperfections totalement revendiqués, donnent au spectateur l’impression de participer à la scène.
Fatalement, cet élément le conduit à une publication exceptionnelle sans texte : Infinito,(IG Fotoeditor 2000).
David JiménezDans cette édition, les 120 photographies de Jiménez créent une histoire unique et un dialogue esthétique. Les images sont présentées dans leur état le plus pur, sans trop de graphisme, sans explications, ni texte, ni parole, provoquant alors un fort sentiment de nostalgie.
Dans une période où la technologie numérique propose des images de plus en plus grandes, le photographe espagnol présente des photographies en format moyen, en noir blanc comme au cours des années 60 et 70.

Jiménez regarde les choses qui l’entourent et tente, ainsi, de trouver leur âme. Toujours attentif aux transformations des éléments de la vie, il tente de les cerner sous couvert de son objectif.
Dans son exposition au Musée d’Art Contemporain de Thessaloniki en Grèce, il a présenté son journal intime en couleur à côté de ses photographies en noir et blanc.
Himenez nous explique : J’ai trouvé cet espace magnifique et je voulais créer plus une installation qu’une exposition. C’est pourquoi, j’ai décidé de présenter une partie de mes Polaroïds en petit format (9x7,5cm).

Ces Polaroïds représentent un croquis de ses pensées…hors du temps.
Ses photographies, tantôt en couleur, tantôt en noir et blanc, sont dispersées dans le lieu de l’exposition comme des mots ou des lettres.
David JiménezJiménez crée, ainsi, un poème visuel avec comme protagoniste principal, la lumière, justifiant ainsi son titre, Signs of Light.
Selon lui : Il est évident que la lumière donne vie aux plus petits détails. En tant que photographe je suis obligé de la suivre pour trouver ses secrets.

Himenez, pendant notre rencontre, nous parle de la difficulté d’être photographe-artiste et dans le même temps photographe de publicité.
C’est dans ce but qu’il a décidé de se consacrer à la publication de son œuvre et à la mise en page de ses séries photographiques.

Presque laconique lors de notre rencontre, il adora, pourtant, parler des images qu’il réalisera prochainement. Pour l’instant, il les a juste « rêvées ». Nous espérons rencontrer Jiménez prochainement dans un des festivals photographiques en Europe ou ailleurs, afin d’apercevoir où ses « rêves » l’ont mené...

I.P.

Livres :
"Infinito", IG Fotoeditor 2000, 120 b/w photos.
"Estos y otros lugares", Mestizo editors 1999, 12 colour photos.
"Semana Santa", 114 b/w photos, Caja San Fernando (Sevilla).

Portfolio de David Jiménez

 

FineArtCity - Share your Creativity !