Fine Art Tv - Photographie film video art
Vous aimez FineArtTv?
Contribuez à son développement :
Inscrivez-vous à la Newsletter

Visa pour l'Image - Kadir Van Lohuizen

Actualités et Evènements - Documentaires

Visa pour l'Image 2008

USA – crise humanitaire invisible – l’après-Katrina « Ceux qui sont passés au travers »

L'histoire des Etats-Unis d'Amérique est celle des relations raciales. Marc Twain, fils d'Amérique et l'un de ses critiques les plus virulents, admiré et acclamé à consacré sa vie à dénoncer à quel point ses citoyens avaient une perception erronée de leur propre pays. Près d'un siècle après sa mort, la question controversée de la race fait de nouveau la Une aux Etats-Unis.

© Kadir Van LohuizenLe 29 août, le cyclone Katrina a frappé les côtes de la Louisiane et du Mississippi. Selon les médias, le premier jour, La Nouvelle-Orléans avait échappé à la catastrophe : l'œil de la tempête était passé au sud de la ville. Mais lesjours suivants, les images ont prouvé le contraire. Le cyclone avait rompu les digues, inondant 80% de la ville, alors que de nombreux résidents s'y trouvaient encore. Certains ont pu atteindre le « Superdôme », d'autres ont campé sur des toits en attendant les secours, et des milliers sont morts noyés. Le chiffre exact n'a jamais été établi.

Le cyclone a révélé la misère en Louisiane et dans l'Etat du Mississippi, cette pauvreté ignorée de beaucoup. La question restée en suspens est de savoir si la réaction des autorités a été lente parce que les victimes étaient pauvres et afro-américaines... alors que les incendies en Californie ont été circonscrits si rapidement ?

Presque trois ans plus tard, certains rédisents se sont réinstallés, mais pour la plupart d'entre eux, la vie est difficile. Si l'on peut trouver un emploi à La Nouvelle-Orléans, le logement reste un défi car les loyers ont presque triplé. Les refuges à La Nouvelle-Orléans affichent de nouveau complet et des sans-abris montent des tentes sous les ponts d'autoroute. Le maire, Ray Nagin, a déclaré que toutes les personnes qui ne quitteraient pas ces lieux seraient arrêtés par la police. Il va sans dire que la criminalité est à un niveau record.

© Kadir Van LohuizenAu cours des derniers mois, tous les logements sociaux de La Nouvelle-Orléans ont été démolis ; ces appartements , où habitaient des milliers de famille avant le cyclone, étaient pour la plupart en bon état. Mais, avant la catastrophe, un projet de destruction existait déjà en raison de la criminalité qui sévit dans ces quartiers ; Katrina n'a été qu'un prétexte pour le mettre en œuvre. Aucun plan d'avenir n'existe pour la plupart de ces cités détruites.

De même, les terrains pour caravane en zone urbaine et péri-urbaine vont être fermés, laissant des milliers de personnes dans la rue. Ces dernières reçoivent un coupon qui ne constitue aucune garantie de logement, mais leur donne tout simplement le droit de payerun loyer.

Pour les réfugiés, par exemple à Houston, la vie est très difficile. Quelques 70 000 rescapés de Katrina y vivent toujours, et si la ville les a accueillis de manière généreuse, l'aide s'est tarie. Il faut à présent payer leur loyer au prix du marché et les réfugiés sont pour la plupart, sans emploi. La criminalité ne cesse d'augmenter ; la municipalité de Houston construit actuellement, au centre-ville, un nouveau centre de détention pour mineurs.


 

FineArtCity - Share your Creativity !